29 juillet 2009

La Valentin par Luc

Dans ce petit poste, de fin fond de brousse, ressemblant à s’y méprendre à une certaine Edith,madame Valentin régnait sur tout son petit monde avec un crochet de fer dans un gland de velours.
doucheElle faisait quinze ans de plus mais n’en avouait que cinquante-huit au moteur, pourtant…

Son hôtel était propre, mais pas trop, et la douche dans le coin de la chambre, donnait le ton, se résumant à un seau percé, suspendu à un crochet au plafond : actionner la ficelle donnait droit à 20 litres d’eau et pas une goutte de plus… Le rinçage restait donc périlleux en cas de trop grande énergie sur le pain de Marseille… ça apprenait l’économie.

La patronne, à propos de rincé, était déjà au goulot, potron minet, sur sa terrasse (face à cette route qui lui donnait son pesant de voyageurs dans le temps) considérant, à travers les vitres de ses yeux, la rouille de cette latérite sèche, son “whisky on the rocks” en embuscade : prisonnier de ses crochets trop maigres le Johnny Walker tremblotait légèrement, comme sous l’effet d’une légère brise…
La fonte des glaces, elle l’étudiait depuis longtemps, bien avant que ce ne soit à la mode…

Une visionnaire, La Valentin, j’vous dis !afrique

Elle avait délégué la cuisine au “chef” lui laissant au passage les recettes de ses petits plats… Alphonse, qu’il s’appelait, grand black pas tout à fait trentenaire, tout en muscle et sourire Steenway, genre “a-bilive-a-can-fly”, qui apportait le petit dèj d’un pas nonchalant, disposant couverts et confitures dans une demi calebasse à côté d’un café, jadis chaud-bouillant, dans un récipient improbable…

Pourquoi je vous raconte tout ça moi ?…

Ah ! oui… Alphonse !… Avec son tablier “bon appétit” lui donnant un look à la Victoria Abril dans “gazon maudit”, le short en plus…
Pour le reste vous pouviez profiter de cette anatomie sans défaut dont le mètre cinquante-sept de sa patronne se réjouissait pendant la sieste…
“Quelle aubaine cette ébène !” devait-elle se dire, entre deux hoquets.
Le métissage des races et l’écart des générations elle avait compris depuis longtemps…

Une visionnaire, La Valentin, j’vous dis.

Texte et illustration 2 de Luc

Posté par madamedekeravel à 10:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur La Valentin par Luc

    On la voit, la visionnaire.

    Posté par Berthoise, 06 août 2009 à 10:23 | | Répondre
Nouveau commentaire