15 septembre 2009

La nounou par Luc

Depuis jadis, ce sourire et ce mouvement me hantent. “Hantez” me dit-elle. La scène que je fis à mes parents, lorsqu’ils la congédièrent pour quelques sous piqués dans le tiroir, reste d’anthologie, dans la famille. Le lendemain, elle revenait à la maison, et continua de m’apprendre à marcher sur ses petits chemins… Et du haut de ses douze ans, on peut dire qu’elle ravagea la mouquère. Texte et film de Luc
Posté par madamedekeravel à 14:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

05 août 2009

le vendeur de moquette

Il se dandine dans les rayons du magasin, s'occupe de trois clients en même temps, se disperse, parle pour ne rien dire d'une petite voix agaçante. Le cheveu sur la langue, sympathique chez une majorité de personnes, constitue chez lui un détail irritant, un détail de plus. Le responsable lui demande s'il s'est enfin décidé à retrouver le papier qu'il a perdu le matin même. Il répond d'un sourire niais et d'une blague qui tombe à plat. Il finit ma facture, emballe mon achat, dit encore des phrases idiotes avec son air lunaire. Puis... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 15:50 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
29 juillet 2009

La Valentin par Luc

Dans ce petit poste, de fin fond de brousse, ressemblant à s’y méprendre à une certaine Edith,madame Valentin régnait sur tout son petit monde avec un crochet de fer dans un gland de velours.Elle faisait quinze ans de plus mais n’en avouait que cinquante-huit au moteur, pourtant… Son hôtel était propre, mais pas trop, et la douche dans le coin de la chambre, donnait le ton, se résumant à un seau percé, suspendu à un crochet au plafond : actionner la ficelle donnait droit à 20 litres d’eau et pas une goutte de plus… Le rinçage... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 10:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
22 juillet 2009

Deux visages semblables, dont aucun ne fait rire en particulier, font rire ensemble par leur ressemblance. Pascal, Pensées (1670), II-11  
Posté par madamedekeravel à 10:35 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
19 janvier 2009

transparence par Tilu

blanc On devinait derrière ses yeux, sous le rideau des apparences, la lumière confidentielle d'un amour grand comme le monde… blanc texte et photographie Tilu
Posté par madamedekeravel à 07:17 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
12 janvier 2009

Un dimanche au chaud par choule[bnkr]

18h10.Le voisin était rentré chez lui. Elle restait seule, pensive, devant le parterre de dominos. Elle avait eu l'idée d'inviter son voisin de palier pour un goûter amical devant une tarte tatin, quelques macarons et une tasse de thé. Le voisin n'était pas si bourru que cela finalement, et ils avaient bien ri. Un après-midi relaxant. Suffisamment pour se laisser tenter par une partie de dominos. Endiablée. Mais voilà, le temps passe vite, et il fallait déjà penser au lendemain. La semaine au boulot et tout ça.Peut-être que... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 07:06 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

08 janvier 2009

"...Il est zingueur, Paris s'éveille" par Luc

ll est zingueur au comptoir, entre les discours de l’omniprésident à la télé du troquetet les petits café-cognacil n’a pas connumais il en parlepathétique dans ses désirs d’aventures,ses rêves mercenaires,l’Indochine, l’Algérie, le Congo… Tout çal’a pas un rond de côté,… Et puis sa grande histoire avec Irma la douce(il n’est jamais trottoir pour bien faire).Il reprend son balaiet repart mesurer la voirie dans le zig et dans le zag,conscience professionnelle oblige !Gniaque ! re-gniaque et cognac !l’a oublié les clés de la canisette... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 14:34 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
10 décembre 2008

Dora Maar

       Dora Maar par Rogi Andre                                     et par Picasso
Posté par madamedekeravel à 08:17 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
17 octobre 2008

Le verso de Venus par CarrieB

De marbre je suis et de marbre je reste, même dénudée sous les flashes des photographes. Impassible, je les regarde de haut, ces simples petits touristes à la chasse aux souvenirs, qui veulent avoir tout vu avant de mourir, et papillonnent au musée d’une salle à l’autre, s’attardant juste le temps de la mise au point. Ils vantent la finesse des traits de mon visage, la perfection de ma coiffure ou l’arrondi de ma poitrine. Ma plastique fait l’unanimité, elle est intemporelle, juste parfaite. Ils s’en vont et je reste. ... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 07:52 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
04 octobre 2008

Requin par Choule[bnkr]

Je vous entends d'ici. Assis à la terrasse de votre Café préféré, installés comme au spectacle, le rire moqueur. J'aimerais vous y voir vous ; siroter un capuccino avec une gueule d'acier pareille. A deux pas de votre tribune, ce grand dadais attablé avec sa copine Dolly prend malgré tout du bon temps. Merde... Il se lève brusquement. 2 mètres 35 de chair et de muscles. Ca va barder. Mais pas pour vous, heureusement. Juste un appel sur son mobile de son patron Hugo Drax : "James est en ville, il faut l'éliminer". ... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 09:24 - - Commentaires [5] - Permalien [#]