28 novembre 2008

la femme capivome par Aram

Un corps beau dans un corsage. C'est celui de la femme capivome. De sa large bouche sort une tignasse rousse comme les terres de sienne où au creux de l'hiver les plaqueminiers se grappent de kakis d'or. A cette filasse buccale se mêlent les objets de la nature : feuilles mortes et animaux vivants qui traînent au devant d'elle lorsqu'elle évolue à reculons. Un bestiaire mystique compose la faune de cette forêt cuivre qui croît comme les arbres poussent. Des nuées d'insectes grouillent sur son visage composant l'imago cannibale qui... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 21:29 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

24 novembre 2008

coquelicot

Une brune piquante, en robe rouge, exhibe ses charmes aux passants. Son corset très (trop ?) serré donne à son corps l'aspect du coquelicot fané, les pétales froissés retombant en une corolle molle et sanguine autour du pistil raide et hiératique de son torse.Si ce corset souligne d'un côté la finesse de la taille, il met en valeur de l'autre ses seins qui émergent tels deux globes de son décolleté. Ils sont présentés comme deux bijoux précieux dans l'écrin de velours bordé de dentelle de son décolleté. Ou comme deux pâtisseries... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 07:51 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
20 novembre 2008

L’inconnue au regard triste par JPR

En commission, en réunion de groupe, en séance plénière, elle est toujours là, timide et rêveuse. Son regard perdu au-dessus de nos têtes semble voir des images qui ne sont visibles que pour elle. Sa beauté discrète et son triste sourire sont profondément émouvants mais personne n’y prête réellement attention et je n’ai toujours pas osé lui demander son nom… Elle, par contre, sait tout de nous. Sa distraction n’est qu’une apparence. Elle observe, écoute  et se souvient du moindre mot que nous ayons prononcé. Elle est la... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 07:59 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
17 novembre 2008

Norbert & Heinz par Ambre

Norbert et Heinz sont ensemble, ils s'aiment. Ils ne font que des petites choses anecdotiques l'un sans l'autre. L'essentiel de leur vie est tous les deux. Norbert est grave et réfléchi, Heinz est un enfant impulsif et rêveur qui virevolte et se cogne. Ils me racontent leurs voyages en fiancés secrets, le canapé art-déco du salon dont ils sont si fiers, les chats qui se chamaillent autour du fil de laine. Ils se taquinent parfois à propos de pincements au coeur qu'il faut oublier, ils se chérissent d'un regard doux comme un foulard de... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 07:58 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
14 novembre 2008

portrait de mains

Extrait de Le coeur cousu de Carole Martinez, envoyé par Annick : Les mains des conteuses sont des fleurs agitées par le souffle chaud du rêve, elles se balancent en haut de leurs longues tiges souples, fanent, se dressent, refleurissent dans le sable à la première averse, à la première larme, et projettent leurs ombres géantes dans des ciels plus sombres encore, si bien qu'ils paraissent s'éclairer, éventrés par ces mains, par ces fleurs, par ces mots.
Posté par madamedekeravel à 11:05 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
11 novembre 2008

Adeline Serpillon par Pierre Desproges

Incipit de Des femmes qui tombent (1985) blanc Adeline Serpillon appartenait à cette écrasante majorité des mortels qu'on n'assassine pratiquement pas. Elle n'avait pas d'argent, pas d'amour, pas de haine, pas d'attraits. Ses convictions politiques l'amenaient à conspuer doucement les augmentations du prix du gaz, rarement au-delà. Elle était moyenne avec intensité, plus commune qu'une fosse, d'une banalité de nougat en plein Montélimar. Hormis le chat gris mou qui dormait sur son lit, personne ne se retournait plus sur elle,... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 10:40 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

31 octobre 2008

La femme apéritif par Aram

La grandeur du miracle appartient au fruité du fendu de la femme-apéritif. Un hydromel le long de ses cuisses exhale un parfum enivrant aux alcanes prohibés. Dans son corps alambic macère le nectar aux vapeurs hallucinatoires d’une décoction merveilleuse. La femme arrangée aux épices arabiques dévoile son grand millésime en mon palais gustatif. Elle a de la cuisse et du bouquet, la vigueur de l’herbe du bison et le corps pamplemousse, l’âpre et l’âcre se mêlent à son sucré secret qu’une nuit dérobe Morphée à Dionysos. Et tandis... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 09:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
27 octobre 2008

C. par S.

Portrait chinois : Si elle était une couleur : rouge orangé Si elle était un végétal : une fleur d'hibiscus Si elle était un animal : une martre Si elle était une musique : le concerto pour clarinette de Mozart KV 622 Si elle était un lieu : (image)
Posté par madamedekeravel à 21:58 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
24 octobre 2008

S. par C.

La première fois c’était dans le resto devant chez moi. J’étais un peu stressée. Elle m’impressionnait un peu avec ses airs de maîtresse d'école. Avec un verre de vin ses joues rougissent et elle rigole sans cesse. Quand elle dit des choses un peu osées, elle a un geste de la main pour nous faire croire qu’elle est choquée par ses propos, mais ses yeux pétillent. Je connais peu de gens qui croient autant en l’Homme. Elle semble toujours étonnée par la méchanceté du monde, et même sa révolte est fraîche et naïve. Alors, j’adore être... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 10:15 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
22 octobre 2008

Lambert par Claudie Gallay

La première fois que j'ai vu Lambert, c'était le jour de la grande tempête. Le ciel était noir, très bas, ça cognait déjà fort au large.Il était arrivé un peu après moi et il s'était assis en terrasse, une table en plein vent. Avec le soleil en face, il grimaçait, on aurait dit qu'il pleurait.Je l'ai regardé, pas parce qu'il avait choisi la plus mauvaise table, ni pour cette grimace sur le visage. Je l'ai regardé parce qu'il fumait comme toi, les yeux dans le vague, en frottant son pouce sur ses lèvres. Incipit de les Déferlantes... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 09:58 - - Commentaires [7] - Permalien [#]