26 février 2009

Courbet

   
Posté par madamedekeravel à 12:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

22 février 2009

Le vieux par papet Croûton

Voilà trois jours que je traînais dans cette auberge crasseuse du bout de la terre. Comment voulez-vous peindre les falaises avec ce temps !J’avais remarqué un vieillard qui, chaque soir, se levait, enfilait un suroît, s’absentait un moment, et qui, en revenant, s’exclamait lugubrement : “Scan tha râ nêma !”. L’assistance hochait la tête gravement et reprenait ses activités en marmonnant dans le dialecte local.À la troisième fois, la curiosité me poussa à enfiler mon ciré et à le suivre.Le ciel roulait de sombres nuages qui se... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 15:51 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
16 février 2009

Ching-ching par Eileen Chang

Vint la visite du troisième jour après le mariage : de retour dans sa famille Ching-ching ôta son manteau de renard bleu, sous lequel elle portait une robe traditionnelle à manches courtes, en soie vieil or. On aurait dit un gardénia dans un vase doré. Le visage, d'un blanc translucide, avait la perfection d'un oeuf d'oie ; malgré les paupières très bridées, qui faisaient paraître le globe des yeux légèrement gonflé, le regard était envoûtant, velouté et limpide. Eileen Chang "La Faïencerie" traduit du chinois par... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 14:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
10 février 2009

Daniel par Catherine Locandro

... La fixité de ses yeux et de ses attitudes le faisait ressembler à un ascète ou à un dément. Quelqu'un qui sait et qui n'attend plus rien du monde. Son élégance aussi m'avait surprise. Je ne parle pas de cette élégance qui s'achète au prix fort, comme un parfum destiné à cacher les odeurs désagréables et qui finalement se mélange à elles pour renvoyer une puanteur plus terrible encore. Son élégance était naturelle. Involontaire. Sa beauté aussi. Un visage douloureux, marqué par le temps. Une beauté accidentée. Accidentelle. Deux... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 09:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
06 février 2009

Louis XIV par Le Brun (1668)

Il a pas été roué, lapidé et écartelé en 1668 Le Brun ?...
Posté par madamedekeravel à 08:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
31 janvier 2009

Linda par Katherine Mansfield

(...) Et ce qui lui restait de loisirs s'écoulait dans la terreur d'avoir des enfants. Linda fronça les sourcils ; elle se redressa sur sa chaise longue et saisit ses chevilles dans ses mains. Oui, c'était là son véritable grief contre la vie ; c'était là ce qu'elle ne parvenait pas à comprendre. C'était la question qu'elle posait, qu'elle posait et dont elle attendait en vain la réponse. Il était bien facile de dire que le sort commun des femmes est de mettre au monde des enfants. Ce n'était pas vrai. Elle, par exemple, était... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 16:22 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

26 janvier 2009

"je ne resterai pas de bois" par DD

Posté par madamedekeravel à 07:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
22 janvier 2009

poussin par Zaile

Il a mis les œufs cuits encore fumants dans le papier en aluminium. Elle l'a regardé faire en pensant aux poussins cuits dans leur nid argenté. Pendant le pique-nique de midi elle a ouvert le nid. Les œufs avaient refroidi. Elle les a mangés sans y penser. - C’est mon papa qui me les a préparés !- Comment tu t’appelles déjà ?- Poussin ! - …- C’est mon papa qui m’appelle comme ça. Zaile
Posté par madamedekeravel à 07:36 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
19 janvier 2009

transparence par Tilu

blanc On devinait derrière ses yeux, sous le rideau des apparences, la lumière confidentielle d'un amour grand comme le monde… blanc texte et photographie Tilu
Posté par madamedekeravel à 07:17 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
17 janvier 2009

autre point de vue par Berthoise

La peinture de Choule[bnkr] a aussi insipé Berthoise : J'ai laissé mon costume au vestiaire, avec le cadavre et les dominos. Après tout ce n'était qu'un prétexte, je suis là bien en chair. Il est là, chaud, vivant dans mon dos. Cette idée de soirée costumée, autour d'une bouteille, en jouant aux dominos : c'était suffisamment loufoque pour lui plaire. J'ai quitté mes oripeaux de charogne, il s'est défait de ses atours de vautour, grandes plumes et bec crochu. Je suis au creux de son ventre chaud, je suis là bien en... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 10:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]