19 novembre 2009

L'écumoire

 Au dessus de leurs pommettes commençait une écumoire. Les grains de beauté et les taches de rousseur, qui avaient jadis régné sur cette région de leur figure, étaient éclipsés par de petits trous qui descendaient sur leurs joues, jusqu'aux commissures de leurs lèvres, en vagues et remous, avant de remonter sur les ailes de leur nez (où, précisément, il y en avait huit, un chiffre favorable pour les chinois), en formation plus serrée que ne le prétend la version officielle, consignée dans les Annales des Ming. Ces huit trous,... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 07:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 octobre 2009

Rien à trouver en haut ni au-dedans

Les yeux d’Anchise sont toujours plein de sommeil, on pourrait penser qu’Anchise est un peu ahuri, qu’il est un peu borné, on pourrait le penser. Il y a fort à parier que ça ferait beaucoup rire Anchise, de ce rire sans joie mais qui garde mystérieusement quelque chose de l’enfance qui n’a pas eu le temps de prendre, il y a fort à parier qu’il s’en foutrait complètement, il se fout du tiers, comme du quart, dit encore la Thomas, il y a longtemps qu’il ne cherche plus à prouver quoi que ce soit, à passer pour ce qu’il est ou ce qu’il... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 07:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 octobre 2009

triste damoiselle

Elle n'est pas jolie. Mon Dieu, qu'elle est vilaine ! Tout son visage est tiré vers le bas, les lèvres pincées, les  paupières tristes, le nez légèrement busqué. Son corps est sec, sans forme, comme une fillette qui aurait trop grandi : pas de seins, pas de fesses, pas de hanches ni de ventre, une enfant mal nourrie. Et jamais elle ne sourit. Elle pleure souvent. Arrêtée pour une infraction au code de la route, elle proteste en larmoyant, essaie de négocier, écope le maximum. Elle ne se remet pas de tant d'injustice. Elle... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 14:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
10 septembre 2009

Les soeurs

Il est le frère. Elles sont les sœurs. (...) Elles sont courtes, massives, brunes, carrées, incompréhensibles. Elles font tout par deux. Elles ont quinze et quatorze ans quand il en a onze. (...) Les sœurs ont de fortes mains courtes et rouges. Leurs pieds sont à l'unisson. L'été, au bord de la rivière, elles entreprennent de laborieuses et réciproques expérimentations de vernis sur les ongles de leurs orteils. Marie Hélène Lafon "Sur la photo" 2003 J'aime bien cette idée de désigner les sœurs par "les sœurs"... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 11:06 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
14 août 2009

Louis par Marthe (par Fred)

Marthe haussa les épaules. Elle regarda Louis, qui, patient, attendait. De loin, personne n'aurait rien dit de spécial de lui. Mais, de près, disons à quatre-vingts centimètres, tout chavirait. Fallait pas chercher très loin pour savoir pourquoi tout le monde venait tout lui raconter. Disons qu'à un mètre cinquante, deux mètres disons, Louis avait une tête de savant inflexible, inabordable, comme les gars dans les manuels d'histoire. À un mètre, on n'était plus aussi sûr de son affaire. Plus on approchait, pire ça basculait. L'index... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 15:43 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
26 juillet 2009

Eugenio par Lucía Extchebarría

J'ignore si c'est à cause de ses gestes, de ses regards langoureux ou de sa façon de sourire, le fait est qu'Eugenio m'éblouissait, sans être beau il était très séduisant, je ne saurais pas comment l'expliquer, il avait quelque chose de spécial dans le regard, une façon de caresser sans toucher, et cette mâchoire, cette belle voix grave, ces épaules qu'il avait, et qu'il a encore, tout ça m'étourdissait, vous comprenez, rien qu'en le voyant j'étais ensorcelée, je le regardais et je perdais la tête, quelle idiote, surtout quand on sait... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 09:18 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

10 juillet 2009

Sous le soleil blanc, une religieuse vêtue de blanc s'approche de la clinique en faisant crisser les gravillons de l'allée. Mais pourquoi s'arrête-elle devant l'entrée ? Peut-être parce que le soldat Dell'Anna la regarde ? Quelle drôle de femme pense la sentinelle. Elle le regarde et sourit. On voit le blanc de ses dents, le reste du visage se dérobe à la vue dans les reflets de l'après-midi, comme derrière un voile d'argent (...) Il la rattrapa devant une porte, au fond d'un long couloir, et bien que les fenêtres aient été... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 08:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
17 mai 2009

Gentille par Berthoise

Elle est gentille, bien sûr qu'elle est gentille. Du reste, tout le monde le dit, elle est gentille. Elle prend des nouvelles gentiment, s'inquiète, vous fait quelques compliments. Elle est gentille. Elle veut rendre service. Elle regarde autour de vous. Elle voit vite où le bât blesse, là où elle pourrait être utile. C'est vrai, elle a du temps, elle peut le faire, non, ça ne la dérange pas. Elle s'impose tranquillement. Elle prend en charge ce qui vous pèse et vous voilà à la regarder mener d'une main de maître vos corvées. Et le... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 23:10 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
24 avril 2009

Pour faire le portrait d'un oiseau

En temps de disette (pour cause de vacances) on peut publier une crotte intellectuelle rayée en hélice (comme sur la minute encyclopédique) ou on peut faire appel à un classique. Mais les classiques classiques, on ne s'en lasse pas ! Pour faire le portrait d'un oiseau Peindre d'abord une cageavec une porte ouvertepeindre ensuitequelque chose de joliquelque chose de simplequelque chose de beauquelque chose d'utilepour l'oiseauplacer ensuite la toile contre un arbredans un jardindans un boisou dans une forêtse cacher derrière... [Lire la suite]
Posté par madamedekeravel à 17:47 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
04 avril 2009

Elle... par Chriscot

Elle était appuyée contre un des piliers du préau. De grosses larmes coulaient le long de sa joue rougie qu'elle essuyait d'un revers de blouse. Je me suis approché d'elle et en souriant je lui ai dit: "Ben pourquoi tu pleures ? Tu as perdu quelque chose ?" Elle a levé les yeux sur moi et plantant son regard dans le mien comme deux baïonnettes aiguisées, en détachant très lentement chaque syllabe, elle m'a répondu : "Mon père est mort hier." Chriscot
Posté par madamedekeravel à 07:48 - - Commentaires [6] - Permalien [#]